This site is owned and third-party cookies. If you continue with us we understand that you accept the use of cookies. Ok More information

Welcome to Naruto Zero - Mmorpg Gratuit!
Naruto Zero est un MMORPG Gratuit ou un jeu en ligne sur l'univers de Naruto, Incarnez un ninja et explorez gratuitement le monde de naruto.

Vous êtes connecté a notre Site en tant que Visiteur, Sachez qu'en vous Inscrivant vous aurez pas seulement accès a d'autres sujets et contenus invisible mais aussi vous permet de créer votre compte pour jouer au Jeu. Inscrivez Vous ! Inscrivez Vous or
Le compte crée sur le site est celui qui vous permettra de vous inscrire au jeu! n'oublier pas aussi de vous présenter a la communauté, merci!

  1. Rejeter la notice
  2. Le serveur du jeu est hébergé grâce a vos dons sur un serveur dédié, si la somme nécessaire a l’hébergement du serveur n'est pas suffisante a la fin du mois Le jeu ne pourra plus rester en ligne Malheureusement. Merci d'avoir et de vouloir garder naruto Zero en vie tout ce temps! L’équipe de naruto Zero
  3. Salut Visiteur ; Envie de Bien débuter ton aventure dans Naruto Zero? Fait nous de la pub ici ;) : Publicité pour NZ Les Meilleurs referants seront récompensés!
    Rejeter la notice
  4. Salut Visiteur , on vous rappelle que les dons et achats de PNZs comptent double jusqu’à Janvier! Ne rate pas cet opportunité!
    Rejeter la notice

Event La ruée vers l'ombre [Rp publique]

Discussion dans 'Role Playing' créé par Wagone, 30 Juin 2016.

  1. Wagone

    Wagone I'm a pink princess bitc* !
    Membre du personnel

    Inscrit:
    10 Juin 2012
    Messages:
    2 728
    J'aime reçus:
    662
    Pnzs:
    $20 255
    Nombre de place disponible:
    Illimité

    Univers du Role Play:
    Monde de Naruto/Piraterie/forum, pas besoin de Biographie.

    Époque:
    Monde du forum, parallèle a celui du manga Naruto)
    (Vous ne pouvez interpréter les personnages actuelles du manga, ni les croiser)


    Histoire:
    Les nations de chaque pays venu des quatre coins du monde s'étaient rassemblées autour d'une table afin d’établir un traité de paix, quand le Raikage fut assassiné par un espion inconnu donnant la fausse identité d'un ninja d'Iwa. La paix devenue impossible, la guerre sombre fit des ravages à travers le monde, coupant toute corrélation entre les nations, provoquant mutinerie et bain de sang.
    Une rumeur se fit entendre, comme quoi un tombeau avait été découvre dans le sanctuaire de Kiri. Ce tombeau cacherait de nombreux secrets, dont celui d'un arme antique caché sur les îles pourpres. Nul ne savais si c'était vrai, ni si de tel îles existaient.
    Chaque Kage entendu parlé de cette histoire, envoyant secrètement leurs hommes en mission a Kiri, afin d'en savoir plus..


    ________________________________________________________________________________________
    CHAPITRE 1: LE DÉPART

    Plus haut, plus haut, toujours plus haut !
    C'était les mots qui résonnaient en moi lorsque je bondis de branche en branche afin d’atteindre le sommet de ces arbres géants. De là-haut, je pouvais apercevoir l'immensité du domaine et des montages recouvrant les pleines d'Iwa, mon bon Pays. Là où la guerre n'avait pas tout ravagé, pas encore.. Je suis Wagone, fille de l'ancien Raikage assassiné lors du jour sombre, là où tout commencé.
    Je ne suis pas née à Iwa, j'y ai seulement grandi, confiée au Tsuchikage afin de seller une alliance, je n'en connais pas les termes exacte, mais j'ai grandi ici et c'est là qu'est ma maison. Je la défendrai corps et âme !
    Je ne suis pas une débutante, mais l'on m'as toujours interdit de me battre en dehors du village, ce qui avais énormément ralenti ma progression en temps que Ninja.

    Hier, j'ai ressue une mission de la plus haute importance, sur ordre direct du Tsuchikage en personne. Quand le soleil marquera la fin de la nuit, il sera alors temps pour moi de descendre de mon arbre et de partir en direction de Kiri, le pays de la pluie. Je ne suis pas très fan de la pluie, elle mouille les cheveux.. peu importe, je ne reviendrai peut-être pas, je n'es jamais quitté le village, ni vue la guerre de mes propres yeux, alors pourquoi moi ? C'est la question de toute ma vie..

    Le soleil quitta peu a peu son lit, illuminant le ciel d'un rouge plaisant. Il était pour moi l'heure de faire mes probables adieux au village, j'embrassai mon frère d'adoption avant de filer à toute allure sur un petit chemin de terre aride asséché par le temps.
    Il me fallut peu de temps pour voir les ravages de la guerre dans un petit village proche du nôtre. Chez moi, j'étais protégée de toute attaque, même si le rationnement se faisait rare, on avait de quoi manger deux fois par jour maximum. Ici, il n'y avait rien, seule l'odeur du sang subsistait. Les étales étaient vide, les rats abondaient et l'eau était croupie..

    Je pris la décision de quitter le chemin principal, afin de ne pas attirer l'attention. Je pourrai me faire tuer pour les quelques vivres que je possède.. Je continuais donc dans les bois.
     
    #1 Wagone, 30 Juin 2016
    Dernière édition: 23 Juillet 2016
    • J'aime J'aime x 1
    • approuver approuver x 1
  2.  
  3. Valoazer

    Valoazer Genin

    Inscrit:
    28 Juin 2016
    Messages:
    94
    J'aime reçus:
    25
    Pnzs:
    $351
    "Eeeeeeh attend s' il te plaît !"
    Mince! J'étais repéré! Je me retourna alors en direction de l'interpellant qui continuait sa course jusqu'à moi, une fois celui-ci arrêté, il repris son souffle un instant puis entreprit de prendre la parole face à mon air incrédule :
    "Où vas-tu comme ça ?"
    Bien entendu, je ne comptais pas lui révéler ma vraie destination alors j'essaya d'inventer un mensonge afin de me sortir de cette situation délicate :
    "Le raikage m'envoie pour une mission à Kiri"
    Mon ami Thyr me regarda alors d'un air appitoyé et répondit logiquement: "Le raikage est mort et aucun autre raikage n a encore été élu pour le moment, idiot! Bref je sais que tu ne me diras rien de toute facon donc je te suivrais !"

    J'avais envie de lui répondre mais continuer cette conversation ne mènerait à rien, on dirait que mon voyage n'allait pas se passer tout à fait comme prévu.

    Nous allions sûrement rencontrer des shinobis d'Iwa et certains de mes camarades était certain que c'était eux qui avaient assassinés le Raikage, c'était donc pour cela que j'avais voulu partir en solitaire pour cette mission, par haine, ceux que j'auraient emmenés auraient sûrement interférés avec la mission en rentrant en conflit avec ceux que l'on croiserait là-bas.

    Je ne croyais personnellement pas à cette histoire d'assasinat du Raikage par un shinobi d'Iwa, la situation paraissait trop grosse pour que ce fut réellement ce qui se passa ce jour-ci, de toute façon je comptais bien mener l'enquête lorsque nous aurons un contact avec ces "meurtiers".

    Je jeta alors un coup d'œil vers le ciel afin de contempler les nuages en me demandant ce que j'avais fait pour mériter cette mission que je m'étais moi-même imposée après avoir espionné discrètement les services de renseignements de mon pays, n'allez pas croire que je suis un traître, mais peu d'informations affluaient depuis la mort du raikage et je ne pouvais plus attendre les bras croisés jusqu'à ce que la guerre eu finit de ronger la planète jusqu'au trognon!

    Cette mission serait sûrement dangereuse du fait que chacune des grandes nations avaient l'air d'avoir envoyé des shinobis sur cette même mission et que les terres, qui était située à Kiri(sur ce point je n'avais pas menti à Thyr au moins), où nous étions envoyés apparaissaient dangereuses du fait du manque d'informations que nous avions sur cette zone; très peu de mes patriotes avaient l'air d'en être revenus vivants.

    J'espérais donc sincèrement que les autres ninjas sur place ne seraient pas aggressifs et que l'on pourraient essayer de s'entendre pour trouver l'artefact ensemble, après tout la paix est une chose bénéfique à chaque peuple.

    Toutefois il se pourrait que cet artefact soit dangereux et soit utilisé en tant qu'arme de guerre afin qu'une des nations prenne l'ascendant sur les autres grâce à celle-ci pour les dominer, mais cela ne correspond pas au terme de "paix" que j'utilise, si cet artefact est réellement une arme alors il faudra que je la détruise même si je dois me battre contre les autres ninjas afin que le monde ne s'enfonce pas plus dans les ténèbres.

    Des fumées noires gisaient en abondance depuis toute parts de la forêt, notre pays était maintenant au prises de bandits qui profitaient de la guerre pour attaquer les villages du pays de la Foudre alors que nos shinobis étaient au front, effectuaient des missions de ravitaillement et essayaient d'assurer une stabilité à notre pays qui était en crise sûrement comme chacune des grandes nations.

    On avait plus de temps à perdre désormais, cette situation devaient se terminer au plus vite.

    "Allons-y !", dis-je à mon compagnon en prenant impulsion sur le sol afin d'accélérer brusquement vers la frontière du Pays de la Foudre, mon compagnon eut du mal à avoir un départ aussi vif, après tout il ne savait pas où il allait à part vers une réprimendation certaine du village à notre retour du fait que personne n'avait été informé d'où nous allions, nous serions sûrement considéré comme des déserteurs mais je préfère être considéré comme tel au lieu d'avoir une guerre sur le dos, il ne fallait surtout pas traîner, le destin de notre nation et même du monde était entre nos mains.
     
    #2 Valoazer, 30 Juin 2016
    Dernière édition: 14 Août 2016
    • J'aime J'aime x 1
  4. Shiinkis

    Shiinkis Moderator

    Inscrit:
    14 Août 2013
    Messages:
    245
    J'aime reçus:
    100
    Pnzs:
    $629
    30 juin de l'an 4

    Cela faisait 2 ans qu'Arturo Tenkyo travaillait réellement pour les services secret du village d'Iwa en tant qu'anbu. Assistant au rassemblement des Kage et donc au meurtre orchestré par des êtres impures voulant déclaré une guerre totale à toutes les nations, il savais qu'Iwa n'avais rien à faire dans cet assassinat maquillé qui voulais rendre coupable les Iwatiens. Il vécu aussi le début de la guerre et les bains de sang était devenue son quotidien, ça et les bar. L'alcool et plutôt le bon saké était devenue une part de lui même. C'était sa drogue qui lui permettrait de voir les horreurs perpétué sur les champs de bataille.

    Âgées de 23 ans, Arturo était un jeune homme terni par la folie du monde l'entourant. Sa chevelure sombre tel son âme lui tombait sur les épaules. Peu de gens connaissait son visage, caché par l'habituel masque des anbu de sa nation. Racontant qu'il fut élevé directement par les anbu, n'ayant pas connue ses parents, il était facile pour lui de torturer ses victimes. Ayant subi l'entrainement le plus dur connue à ce jour dans le village d'iwa, cela faisait maintenant deux ans qu'il faisait partie de la section renseignement et torture des services secrets. Connaissant la plupart des secrets de son village, il n'avais pris part à la guerre seulement à ses débuts. Son rôle primordial était la récupération d'information et la torture. Et dieu sais ce que sous alcool un homme peut commettre... scinder un hommes en deux grâces à quelconque technique de Genjutsu ou déchiqueter un homme de part en part était récurrent dans sa chienne de vie... Mais c'était ce à quoi on l'avais conditionner dès sa plus jeune enfance...

    12h15

    Gueule de bois comme chaque matin, Arturo ,qui habitait dans les quartier sombres de son village, était habitué à la pauvreté récurrente et à la folie de l'homme perpétué... Se levant lentement de son lit, un matelas miteux rongé par les mites, il pris le temps de recevoir les quelques lueur du soleil qui l'atteignait à travers ses maigres rideaux. Récupérant ses affaires éparpillé dans la seul pièce qui lui servait d'habitation, il décida de se rendre au lieux mémorables du village qu'est le bureau du Tsuchikage. Croisant sur son chemin des clochards encore sous alcool et différents femme de joie, il sortit enfin des bas quartier et arriva à un endroit plus respectable qu'est l'académie Ninja. De nombreux enfants courait dans tous les sens et s'adonnait à différentes activités, en même temps à cet heure-ci ils étaient en pause. Arturo pressa le pas car il s'avait quel jours on était. Peu de guerriers étaient présent ces derniers temps, la plupart devais être envoyer comme chair à canon sur les différents champs de batailles connu pour leur extrêmes violences. Le taux de natalité des différents nations étaient d'ailleurs au plus bas. Les seules enfants qui naissaient ne connaîtraient sans doute jamais l'un de leur parents, d'ailleurs... Tristesses que la guerre apporte. Les rares guerriers encore présent dans la ville étaient soit les différents sections anbus qui attendait une mission, tuer un homme politique pour le compte d'un quelconque homme d'affaires gangrené par la rage ou récupérer des informations qui pourrait renverser cette foutu guerre. Seul les dieu pouvait connaitre la fin de cette lutte... Enfin revenons à nos affaires les plus sombres, Arturo commençait tout juste à s'approcher du bâtiments qu'il se doutait déjà de la mission qu'on allais lui affilier. Une mission d'escorte silencieuse était bien sur dans ces cordes mais il préférait entendre le son des os qui craquent sous un quelconque outils sanglants. On parlait ici de la jeune femme qui avait élevé par notre grand seigneur, le tsukikage. Accélérant rapidement le pas, il eu l'impression de se téléporter devant le bureau de son seigneur. Il tapa lourdement sur la porte et ne prit même pas le temps d'attendre la réponse pour entrer dans le bureau. Le tsukikage le regarde de son air le plus sombre et ne prit même pas le temps de lui adresser la parole. Comme à chaque fois, même rituel, une note contenant seulement sa mission était posé sur le bureau. Arturo maintenant le regard avança et sans dire le moindre mots récupéra la note et repartit de la même allure qu'a son arrivé... Même rituels...

    18h30

    C'est bien ce qu'il pensant, une foutu escorte, Pourquoi lui, pourquoi ? Ces mêmes questions revenaient sans cesses dans son esprit torturé, tout le temps depuis la lecture de cette note...Il devait quand même appliquer les ordres de son seigneur, sinon il devrais subir ce que lui même à fait subir à tant d'autres. Récupérant la totalité de ces affaires de voyages, il prit la direction des portes de la villes. Un vieille homme l'interpella pendant le trajet, désirant savoir le temps de demain, mais qui voudrais savoir le temps de nos jours, sans doute une pluie rouge tel le sang... De toute façon, un conflit n'apportait que ça, de la pluie dans chacun des foyers. Arrivé à la porte, il prit position sur l'endroit le plus haut (une des deux montagnes encadrant la porte) et attendit l'arrivé de la jeune femme. Débouchant sa flasque de saké, il en prit plusieurs gorgé en pensant comme à ses habitudes... 120... Ce nombre revenait souvent... C'était le nombre de victime par la torture qu'il avait perpétué pendant ce bain de sang. Chacun pouvait penser ce qu'il voulait de ce nombre mais pour lui, cela représentais un lourd passé, peut être que son futur sera plus rayonnant.

    06h00

    Ses sens étaient tous aux aguets, attendant toujours l'arrivé de la jeune femme. De toute façon, l'alcool lui permettait de tenir des heures entière sans cillé s'il le voulait. Les lumières de la ville s'allumait petit à petit et rendait l'endroit plus accueillant... Qui a dit que le village d'Iwa était un lieu sinistre ? Mais revenons à notre homme. Il savait que l'heure approchait, un léger bruit de pas significatif se faisait entendre non loin et une seule personne allait sortir en ce jour du village: la jeune femme. Se relevant de son perchoir, il l'a voyait arrivé de la rue principal. C'était le début d'une nouvelle histoire et ce voyage allait être, qui sait, sa rédemption. Pour l'instant, la jeune femme se dirigeait vers la forêt et Arturo allait utilisé ses talents de suiveur et d'assassin pour la suivre sans se faire repérer. Foutu journée de merde.
     
    #3 Shiinkis, 30 Juin 2016
    Dernière édition: 2 Juillet 2016
    • J'aime J'aime x 2
  5. Beefr

    Beefr Etudiant

    Inscrit:
    30 Juin 2016
    Messages:
    14
    J'aime reçus:
    10
    L'ermite des gnous errait parmi les arbres d'une petite forêt paisible, il avait décidé de découvrir le monde par lui-même et peut-être de faire le jour sur les meurtriers de ses parents. C'était la première fois qu'il descendait de sa montagne secrète, la première fois qu'il quittait ses parents d'adoption, les gnous du mont Gnoubokû.

    Bee de son vrai nom (excusez-le ses vrais parents n'avaient pas pu prévoir qu'il tomberait sur des gnous) était tombé par hasard sur sa nouvelle mère alias Tata Gnou après que son village de paysan eut été massacré par des hommes armés capable d'utiliser l'eau pour se battre, "des ninjas" avait dit Tata. A l'aide de Tonton Gnou, ils avaient éduqué leur petit paysan de fils sans pour autant lui inculquer ni le ninjutsu , ni même le taijutsu. Ce n'est pas qu'ils ne voulaient pas mais en terme de signes d'incantation et de postures de combat, ils étaient un tantinet limités.
    Cependant s'ils avaient bien pu léguer une chose importante, c'était bien l'art de malaxer le chakra sengnu.
    Bee avait une petite particularité, le problème n'était pas qu'il n'était pas bien fourni au niveau de la boîte crânienne, loin de là, mais ses parents étaient des gnous et avaient un vocabulaire un peu faible, malgré le fait qu'ils pouvaient parler normalement, ainsi les origines paysannes de Bee ressortaient un petit peu trop. " cé pô d'ma faute nondignou" l'entendait-on souvent dire.
    En parlant de boîte crânienne, il y avait autre chose qui se voyait laaaaaaargement plus sur Bee et lui donnait un petit air original, surtout quand en plus il parlait. Se battant à coups de tête comme ses parents lui avaient enseigné, il avait dû développer une masse capillaire en forme de boule sur le dessus de sa tête pour amortir les chocs quand les dernières gouttes de son chakra Sengnu s'évanouissaient alors qu'il était déjà en route vers un bout de roc à défoncer.

    Notre petit bouledisco émergea à ce moment là de la forêt et découvrit un petit village, de pêcheurs semblait-il. La brume était épaisse mais il apercevait des hommes avec de grandes lames accrochées dans le dos. Tata lui avait dit que les gens ne s'alimentaient pas comme eux et qu'ils récupéraient les céréales avec des faux au lieu de les brouter, ce devait donc être des faux. Il n'avait pas comprit le mot "recourbé" que Tata avait employé, peu importe, ces longues lames bien droites devaient bien être des faux, non? Il se remit à marcher dans la direction du village. Sur le coup il omit le fait que "village de pêcheurs" incluait le mot "pêcheurs", mais il s'en rendrai vite compte dans les instants suivants.
     
    • J'aime J'aime x 1
    • approuver approuver x 1
  6. Teyla

    Teyla Graphiste

    Inscrit:
    20 Décembre 2010
    Messages:
    1 002
    J'aime reçus:
    165
    Pnzs:
    $8 267
    - Rakurai, le Mizukage te demande immédiatement à son bureau. Il est d'une humeur massacrante, dit un homme qu'on reconnaissait comme Oinin grâce à son uniforme. Grouille-toi.

    - Comme s'il lui arrivait d'être de bonne humeur... soupira la jeune femme.

    Au travers d'un amas d'oreiller, on pouvait voir une longue chevelure améthyste glisser jusqu'au rebord du lit. Une belle jeune femme peinait à ouvrir ses yeux aux couleurs argentés. Il fallait dire qu'elle revenait d'une mission de trois mois et ne demandait qu'à profiter du confort de son foyer. Malheureusement, son répit fût de courte durée, puisque son partenaire de mission venait de lui gâcher sa grasse matinée.

    - Pourquoi tu n'irais pas pour nous deux... je n'ai vraiment pas envie de me lever. Allez Kurichiya...

    - Il te convoque, répondit-il, seulement toi.

    - Bizarre...

    La kunoichi soupira et s'obligea à se préparer. Elle enfila son uniforme de chasseur de déserteur, s'arma de ses deux dagues, ainsi que de son équipement de survie, et attacha ses cheveux en une longe tresse rouler en chignon. Elle termina son habit en enfilant son masque d'Oinin et se dirigea rapidement au travers de la brume en direction de la tour du Mizukage. La jeune femme savait pertinemment que le Kage allait lui faire des remontrances pour son manque d'entrain, mais elle s'en fichait éperdument.

    - Le village aurait pu se faire envahir cent fois avant que tu n'atteignes cette porte, grogna un veille homme habiller d'un habit traditionnel de combat, agrémenter du manteau de Kage.

    - Mon boulot, grogna la oinin, n'est pas de garder le village mais de traquer les nukenins et d'effacer des cadavres.

    - Tu m'exaspères Rakurai. Quand vas-tu enfin prendre au sérieux mes ordres?

    - Quand vous prendrez au sérieux mes jours de repos, siffla-t-elle. Pourquoi n'avez-vous pas convoqué Kuri-kun?

    - Parce que cette mission tu la feras en solo, jacta-t-il. Prend ton ordre de mission et décampe de ce bureau avant que je te noie, espèce d'effrontée!

    La dénommée Rakurai ne se le fit pas dire deux fois et pris la porte de sortie et retournant à l'extérieur, où la brume était maintenant accompagné de pluie. À la lecture de son rouleau, elle pouvait voir qu'elle devait trouver un supposé tombeau qui se trouve sur le territoire de Kiri et également découvrir où se trouvent les îles pourpres. La rumeur de cette endroit mystérieux semblait être en lien avec le meurtre du Raikage. Le Mizukage désirait probablement envoyé quelqu'un en solo pour plus de discrétion. La jeune femme claqua de la langue avant de brûlé son ordre de mission et de commencer ses recherches. La kunoichi était frustrée d'être affecté à une mission d'exploration. Son domaine était la traque, le meurtre et la décomposition de cadavre. Surtout en ces temps de guerre, on trouvait souvent des ninjas sans honneur qui quittait les rangs et fuyaient leur patrie avec des talents génétiques qui ne devaient se retrouver entre les mains ennemis. Les secrets du village n'ont pas à être en territoire ennemi.

    La oinin devait tout de même exécuter les ordres. Elle sortie donc du village pour observer les alentours. Si une telle rumeur circulaient sur le territoire ninja, il fallait ce douter qu'il y aurait quelques étrangers qui allaient se ramener pour enquêter. Aussi bien les surveiller discrètement et leur soutirer des informations, ou les faire disparaître, au besoin.

    Il ne lui fallût que peut de temps avant d'apercevoir les premiers arrivants sur leur territoire...
     
    #5 Teyla, 2 Juillet 2016
    Dernière édition: 2 Juillet 2016
    • J'aime J'aime x 2
  7. Wagone

    Wagone I'm a pink princess bitc* !
    Membre du personnel

    Inscrit:
    10 Juin 2012
    Messages:
    2 728
    J'aime reçus:
    662
    Pnzs:
    $20 255
    CHAPITRE 2: ON CONTINUE TOUT DROIT

    Je continuai mon chemin sinueux a travers la forêt, me questionnant toujours sur le pourquoi de cette mission, c'était d'ailleurs la première depuis des lunes ! Habituellement, on m'envoyait aux tâches ingrates que les paysans eux même se refusaient de faire. Les villageois avaient tous peur de moi et du mal à m'accepter, je n'étais qu'une étrangère pour ceux, après tout, je n'étais pas née sur leur territoire. Mais au fond de moi, je ne pouvais pas leur en vouloir, la peur pousse à faire d'étrange chose, et les moutons ne se font pas rare, surtout en temps de guerre.

    La forêt était dense, on n'y voyait rien à 3 mètres. Tous mes sens étaient en éveilles, j'étais sur mes gardes et j'avançais prudemment, repoussant les ronces et commençant a regretter le chemin de terre. Chacun de mes pas étaient une épreuve, aussi, je pris la décision de prendre de la hauteur, j'étais plutôt à l'aise en escalade ! Arrivé sur l'arbre le plus grand, je pris une grande respiration, contemplant la beauté du paysage, laissant mes cheveux sauvages, mi-longs d'un rouge foncé tel la couleur du sang séché flotter dans les airs. C'est à ce moment que je sentis la présence d'une ombre non loin de moi, j'avais toujours eu un instinct chasseur, malgré mon manque total d'entraînement. Je me tapis dans les feuilles, ouvrant mes grands yeux jaunes, tel un prédateur chassant ça proie. Mais rien, il n'y avait rien.. Peut-être était-ce mon imagination qui me jouait des tours !

    Je descendais de mon perchoir, tout en restant assez haut pour pouvoir me mouvoir de branche en branche. Mon avancement était bien plus rapide, j'arrivais bien assez vite à un point de ravitaillement militaire Iwatien situé non loin de la frontière séparant Iwa et Taki. A ma grande surprise, celui-ci était vide, seulement remplit de corps putride de soldat mort au combat. Un haut-le-cœur me prenait de court, je pris la décision de vite quitter cet endroit quand un rire se fit entendre. Je n'étais pas assez stupide pour croire au fantôme..

    -Qui va là ?! Dis-je sèchement.

    [​IMG]
     
    • J'aime J'aime x 2
  8. Shiinkis

    Shiinkis Moderator

    Inscrit:
    14 Août 2013
    Messages:
    245
    J'aime reçus:
    100
    Pnzs:
    $629
    10 juillet de l'an 4

    13h00

    Cela faisait plusieurs jours qu'Arturo Tenkyo suivait sa cible. Pourquoi cible ? Ce n'était qu'une jeune ninja de son propre village. Ce n'était pas une cible. On parle de cible lorsque l'on assassine quelqu’un ou pire encore... Sept jours qu'il voyait des arbres, il n'en pouvait plus. Heureusement , son meilleur ami tanguait dans sa poche à chacun de ses saut. Il se devait de faire le moins de bruits possible pour ne pas réveiller les soupçons de la demoiselle qui soit dit en passant possédait une chevelure très facile à suivre, rouge auburn. Il se demandait d'ailleurs comment un quelconque antagoniste ne les avait pas attaqué, surtout qu'elle se dirigeait vers la frontière entre Iwa et Taki. Chaque nuits était angoissantes, remplie de rêves perturbants et de repas digne des ingrédients trouvables en ces lieux maudits: rats, oiseaux et ainsi de suite. La jeune femme prenait appui sur des arbres pour dormir, alors il devait se faire des plus discrets encore. La lune scintillait entouré d'un parquet d'étoiles. De petits bruits d'animaux rendait l'atmosphère soporifique ce qui plongeait Arturo dans un sommeil léger remplie de rêves. Souvent aussi noir que l'obscurité, ces rêves parlait de son passé, remplie de gens déformé par la torture. Des dents arrachés, des membres mutilés étaient le quotidien de ses nuits et ne le rendait que plus antipathique. Chaque matin, il buvait une longue gorgé de saké le temps que sa "compagne" dédaigne prendre la route. Ces cheveux ne ressemblait plus à rien et une légère barbe commençait à apparaître derrière son masque d'anbu. Il faisait chaud la journée mais il ne pouvait enlever sa tenue militaire. L'eau commençait à lui manquer, le peu de bassin d'eau lui permettait de remplir la seconde gourde qu'il portait sur lui, la moins alcoolisé... Le chemin risquait de durée encore un moment. Et ses souvenirs remontait...

    1 janvier de l'an 3

    20h00

    La pièce était propre. La propreté dans la torture, chose importante, on ne voulais pas que la victime ne puisse choper la moindre des maladie et en mourir tant qu'il lui restait des informations à y recueillir. Les derniers éclats du soleil indiquait qu'il était l'heure de passer à l'acte, et quel acte... Arturo venait de finir sa flasque de saké et l'odeur de l'alcool aurait pu déranger la moindre nones qui aurait été dans la pièce. Les seules meubles présents était une table situé dans un des angles de la pièce à l'opposé de la porte, et une chaise, occupé par la futur victime, installé au centre de la dites-pièces. L'homme assis dessus, un quelconque ninja dont Arturo ne se souvenait même pas du nom, un baluchon sur la tête, sanglotait lentement en pensant à ce qui allait suivre. Arturo l'avait récupéré lors d'une embuscade près de la frontière de Suna. Sa mission était de récupérer des informations sur le clan Shukaku qui, selon les dires, possédait une affinité des plus étranges. L'homme, menotté à la chaise, allait lui en fournir et ça, il l'espérait. De toute façon, dans tous les cas, il ne verrait plus le jour. Arturo réfléchissait sur les moyens qu'il allait utiliser, posant lentement la flasque sur la table, et surtout avec quels outils. Lorsqu'on regardais la salle, on pouvait d'ailleurs se rendre compte qu'il n'y avait aucune sacoche ou balluchon. De toute façon, Arturo était l'outil. Il se rapprocha de son patient, le bruits de ses pas aussi silencieux qu'une plume tombant sur le sol. L'un de ses bras se resserra sur le second au niveau du coude. L'instant d'après, une légère brume plongea la salle dans le désespoir et il tenait un kunai dans sa main droite. Enlevant lentement le balluchon de la tête du pauvre martyr, il allait enfin commencer le première acte de cette pièce de théâtre sanglante rédiger par ses propres doigts. L'homme se mit à rire, un rire nerveux sans aucun doute. Il savait ce qui allait arriver et ce n'était pas sans déplaire au tortionnaire. Arturo prit d'un geste brusque le bras de sa victime et positionna le kunai près du ligament collatéral ulnaire, désirant directement voulant faire endurer la pire des douleur à sa victime. C'était le seul moyen de récupérer des informations.

    "Parlez", la voix d'Arturo était des plus calmes. Quel homme pouvait être calme dans cette situation...

    10 juillet de l'an 4

    18h00

    Il ne voulait plus se rappeler, c'était trop dur... La chevelure rousse auburn de la demoiselle traversait rapidement les feuillages des arbres suivit des bruits caractéristiques du vent déplacé par ses mouvements. Arturo la suivait sans grand mal, la filature était une de ces spécialités, retenue de son lourd entrainement avec les anbu d'Iwa, sa seule famille, des pourritures sans états d’âmes. Ses bonds était aussi silencieux que le râle d'un mort, on avait d'ailleurs l'impression que les branches se tassait pour lui indiquer le chemin parfait à prendre. Il reconnaissait d'ailleurs l'endroit d'où ils se rapprochaient, un point de ravitaillement Iwatiens près de la frontière Iwa/Taki. La jeune femme souhaitant d'ailleurs s'y rendre, elle changea de direction vers l'Est. Plus ils s'approchaient, plus un sentiments de malaise s’installait dans ses entrailles. Arturo comprenait petit à petit qu'il s'était passé quelque chose de grave. Elle s’arrêta au milieu de la clairière faisant office de point de ravitaillements. Tous était sans dessous, tout avait été pillé, les affaires et la nourritures éparpillé sans aucune gène. La totalité des ninjas avaient été décimés et leur corps se retrouvaient dans des positions macabres. L'odeur de décomposition cadavérique qui parvenait à ses naseaux lui permettait d'identifier que ce carnage n'était pas récents, plusieurs jours environ, peut être correspondant à leur départ d'Iwa. La jeune femme ne bougeais pas, regardant la scène sans émotion. Arturo, quant à lui, perché sur un arbres non loin, la regardais sans cillés. C'est alors que plusieurs agissement eurent lieu. Tout d'abord, un rire, très sinistre, se fit entendre à son opposé par rapport à la clairière. Puis ensuite viens trois mots cités dans le vent.
    "Qui va là ?!" Le ton employé était très sec et surprit Arturo.

    Et enfin, un homme dont la provenance du rire n'était plus à discuté apparut rapidement près d'elle, environ deux mètres, ce qui était très suffisant pour la tuer dans la seconde qui suivait. L'homme était de taille moyenne, des cheveux grisonnants et une barbe mal taillé tous aussi grise que sa chevelure. Il devait avoir la cinquantaine se dit rapidement l'anbu. Ses yeux verts indiquait aucune émotion et on pouvait apercevoir son envie de tuer. Et ça, Arturo connaissait très bien ce regard. Une longue cicatrice lui barrait le nez, à moitié cassé probablement par un violent coup, on était en guerre après tout. Sa tenue était simple: il s'agissait de la tenue militaire de Taki, on pouvait d'ailleurs apercevoir son bandeau autour de son épaule. Son armements était très faible au premier regard, seulement quelques shurikens et kunais. Un petit rictus pendait à ses lèvres. Il fallait agir. Sa main gauche se portant rapidement à son avant bras droit, il prit appui sur la branche qui le retenait et compta le nombre de secondes. C'était important, s'il ne répondait pas à la question de la jeune femme dans les dix secondes qui suivait, ça serait probablement ses dernières secondes. Une légère brume enveloppa l'arbre qui soutenait Arturo. Tout allait être très rapide...
     
    • J'aime J'aime x 2
  9. Wagone

    Wagone I'm a pink princess bitc* !
    Membre du personnel

    Inscrit:
    10 Juin 2012
    Messages:
    2 728
    J'aime reçus:
    662
    Pnzs:
    $20 255
    -Qui va là ?! Dis-je sèchement.

    Quand un courant d'air se fit sentir, suivit d'un sentiment de malaise. Il était là, dans mon dos, si rapide que je ne pouvais qu’analyser la situation sans bouger. J'étais tétanisé, par la peur ? Peut-être, je ne m'étais jamais retrouvée confronté à une chose pareille. Je ressenti un grand vide en moi, une sensation de vertige intense, comme si le monde qui m'entoure était devenu plus grand.
    Un autre bruit surgit d'en haut d'un arbre à quelques mètres de ma position, trop rapide pour que je puisse le voir. Il frappa d'une vitesse incroyable, j'ai cru mourir sur l'instant. Un bruit intense frappa derrière moi, puis.. plus rien. Je refusais de me retourner, mais il y avait quelqu'un debout derrière moi, j'en étais sûr.

    "Ne te retourne pas" Fut les mots de l'homme. Sa voix était dure, mais j'obéie. Un craquement de bois puis plus rien, je me retournais d'un geste rapide, mais plus rien, l'homme avait disparu.

    J'avalai ma salive et regardai autour de moi, mais aucune trace, seul un corps d'ont la gorge avais clairement été tranchée subsistais sur le sol, c'était un ninja de Taki. Peut-être responsable du massacre de mes frères ici-bas. J'étais choqué du spectacle, mais mon visage lui, ne laissait paraître aucune émotion. Je voulais pleurer tous ces gens, pouvoir leur rendre un digne hommage, mais je n'avais pas le temps, la route était encore bien longue, et de tous les grands pays non étions les plus éloignés de Kiri.

    La frontière était toute proche, on pouvait entendre le son des cascades typique du Pays de Taki. Il n'y avait aucun soldat, tous occupés sur les champs de batailles, a assaire des villages ou tyranniser de pauvres gens.
    Il y avait des sources chaudes dont les cascades tiraient directement leurs sources. J'en profitai donc pour me décrasser de toutes ces aventures forestières. Je me questionnai sur l'homme du point de ravitaillement, qui était-il, et que voulait-il ? Qu'importe, il est maintenant parti, et je devais reprendre ma route.

    Je me vêtis de la tenue typique des ninjas d'Iwa, que je n'avais pas l'habitude de porter. Mon bandeau était porté autour de mon coup, affichant mon appartenance a Iwa, j'avais d'ailleurs été élevé dans une famille Kurotsuchi, pour mieux m'intégrer au reste du village.
    Je repris ma route vers les sentiers battus menant au pays du feu, quand je sentis une nouvelle fois la désagréable impression d'être suivie. Je me rappelai le moment sur le grand arbre, et l'attaque au point de ravitaillement. Maintenant c'était sûr pour moi, j'étais suivi..


    L'homme devait être puissant pour avoir réussi un tel coup, et être rester inaperçu tout ce temps, l'appeler ne rimerai à rien, je devais trouver un stratège pour le trouver et le faire parler.. Peut-être était-il dangereux, mais alors pourquoi ne pas m'avoir tué depuis tout ce temps.. Un espion ? Je devais en avoir le cœur net.
     
    #8 Wagone, 2 Juillet 2016
    Dernière édition par un modérateur: 2 Juillet 2016
    • J'aime J'aime x 2
  10. Shiinkis

    Shiinkis Moderator

    Inscrit:
    14 Août 2013
    Messages:
    245
    J'aime reçus:
    100
    Pnzs:
    $629
    10 juillet de l'an 4

    18h15

    une seconde ...

    Un katana apparut dans la main droite d'Arturo Tenkyo. L'homme qui avais surgit des buissons regardant la jeune femme, les yeux remplis de haine, n'allait pas répondre à cette foutu question. Qui l'aurais fait d'ailleurs ? Il n'avais qu'une idée en tête, la tuer ou pire encore...

    deux seconde...

    Arturo prit appui sur la branche en contractant ses deux jambes suivi d'une extension, bondit de l'arbre, cassant au passage la branche pérennes du vieux conifère. Le ninja de Taki se prépara à charger, contractant les muscles de son bras droit.

    trois secondes...

    Seule le bruit du déplacement de l'anbu dans les airs se fit entendre. Son bras contenant le katana commençait à se préparer à attaquer dans un mouvement circulaire. Le Takitiens paraissait lent, très lent, trop lent... La jeune femme ne se rendait même pas compte de ce qui se passait autour d'elle.

    quatre seconde...

    Trois mètres, c'était seulement la distance séparant les deux hommes et d'ici une autre seconde, tous sera fini... Un simple ninja moins que rien.. On ne saura jamais ce que cet homme voudra, au pire, quelle futilité.

    cinq seconde...

    Arturo, pris par son élan, fit tournoyer son katana, un katana dont la lame brillait sur le reflet du soleil et dont le manche aussi noir que la tenue de son maître, dans un mouvement circulaire à hauteur du cou de son adversaire. La lame petit à petit entailla et trancha lentement la carotide et la jugulaire du pauvre homme suivi par le craquement des os du cou de celui-ci. Une gerbe de sang rougeâtre jaillit de la blessure, éclaboussant légèrement le visage de son meurtrier. S'en suivit un second bond de l'anbu pour retourner entre les arbres et la chute du cadavre sans bruit tel une feuille tombant d'un arbre. La jeune femme ne tressaillit même pas mais elle avais du se rendre compte de ce qui venais de se passer.
    "Ne te retourne pas." Arturo se rendit compte à quel point sa voix avait été dur lorsqu'il avais prononcé ces mots avant de retourner d'entre les arbres. La jeune femme attendit quelques secondes voir minutes, la notion du temps n'était plus importante en ce moment précis, pour se retourner et vis avec horreur le spectacle qui l'attendait: le ninja de Taki, la gorge tranché de part et d'autre, du sang coulant le long de sa blessure morbide. C'était presque un beau spectacle autour des autres cadavres. On ressentait une hausse d'émotion sur le regarde horrifié de la jeune femme. Les horreurs de la guerre... Après plusieurs minutes où elle essayait de se ressaisir, elle se remet enfin en marche en direction de la frontière. Au loin, on entendait le clapotement des différentes sources du pays de Taki. Le pays de Kiri était bien loin et il savais que sa mission allait encore durer longtemps, très longtemps... Mais quelque chose le perturbait.
     
    • J'aime J'aime x 1
    • approuver approuver x 1
  11. Beefr

    Beefr Etudiant

    Inscrit:
    30 Juin 2016
    Messages:
    14
    J'aime reçus:
    10
    Allongé à l’orée de la forêt, broutant l'herbe tendre et grasse, qui lui faisait comme un édredon douillet, Bee se restaurait paisiblement en écoutant les gazouillements des oisillons dans les arbres.
    A la claire fontaine, s'y allant désaltérer, il trouva l'eau si saine qu'il s'y est baigné. Sous les feuilles d'un chêne, il se fit sécher. Sur la plus haute branche un rossignol chantait.
    Puis brusquement un cri se fit entendre. Sautant sur ses jambes, Bee courut dans la direction des cris, une jeune femme était à terre tandis qu'un des paysans levait sa faux comme s'il allait la faucher.

    *pause réflexion de Bee*
    Habituellement on ne cueille pas les demoiselles de cette manière.
    Et demoiselle différent de blé.
    Donc le paysan n'est pas un paysan
    Donc ce n'est pas une faux
    Donc c'est une épée
    Donc c'est un ninja !
    *fin de la pause réflexion*

    Fort de ses nouvelles certitudes, Bee ferma les yeux puisant dans la nature son chakra Sengnu, des cornes lui poussèrent, ses muscles s'épaissirent, prirent du volume, sa peau devint plus solide, comme un exosquelette. Prenant une puissante impulsion, il s'élança contre l’agresseur, qui n'eut pas le temps de réagir.

    *CraaaaaAAAaaac*
    "Tiens c'est drôle, ça fait pas le même bruit que quand je casse des rochers."
    L'homme était à terre, sa mâchoire faisant un angle droit avec le crâne, et la jeune femme le regardait avec un sourire rapace.
    *pouf* Ils disparurent dans un nuage. (#clones)
    "SoooorceeeEEElleriiiie !!!", s'écria Bee avec horreur. (#noob) Puis il se rendit compte que des hommes l'entouraient, tous affichaient le même sourire rapace que la demoiselle, sauf un, impassible, qui dit: "Rend-toi.
    - reprendre c'est voler, puis tu m'as jamais prit cochon." (#prendreQqn #donnerPrendreRendreReprendre)

    *Analyse de la situation*
    Tout commença par un gros blanc.
    Des bouches commencèrent à béer, l'impassible était tout blanc, mais le rouge commençait à monter, comme la mer avant la tempête.
    Les regards convergèrent vers lui, la peur apparut dans les yeux, puis se fut la débandade, ne resta que Bee et l'impassible.
    (#MégaStratégiePourParerLesEncerclements) (#OuAlorsJusteTropCon)
    *fin de l'analyse*

    Hors de lui, l'impassible, plus du tout impassible, criait sa rage. Ayant perdu toute concentration, il se jeta sauvagement sur Bee, qui n'eut qu'à tournoyer pour lui propulser un coup de pied Sengnu dans la tête.
    Headshot +100 pts

    Il se doutait que les choses n'en resteraient pas là, aussi se dirigea-t'il vers les îles plus loin, tout en stockant du chakra Sengnu au cas où...
     
    • Drole Drole x 2
    • approuver approuver x 1
    • gagnant gagnant x 1
  12. Valoazer

    Valoazer Genin

    Inscrit:
    28 Juin 2016
    Messages:
    94
    J'aime reçus:
    25
    Pnzs:
    $351
    Après un long moment à se déplacer dans les paysages de Kumo, nous atteignirent enfin la frontière, pour arriver jusqu'à celle-ci nous avions eût à franchir trop d'obstacles sur le chemin pour un voyage sur son propre territoire.

    Être sur notre propre territoire ne m'avait même pas aidé...j'étais décidemment vraiment nul en géographie, heureusement que Thyr était avec moi pour combler mes lacunes et réussir à nous guider dans les champ de bataille tout en neutralisant les bandits que nous trouvions à proximité, décidemment leur seul atout était seulement leur nombre.

    Tous avaient étaient d'une facilité déconcertante à vaincre malgré le fait que "tous" était un grand mot, en effet, alors que nous attachions solidement les racailles que nous venions de vaincre et laissions la sécurité du village à la personne qui semblait avoir les meilleures qualités en tant que leader afin de redresser et réorganiser leur cité, une explosion se fit entendre non loin de là.

    Qu'était-ce donc? Jusque là ceux que nous avions rencontré avez pris n'avaient même pas des facultés de bases de ninja or un fort chakra se trouvait apparemment au niveau de l'explosion entendue une seconde avant.

    Je commençais à m'impatienter avec ces combats futiles, enfin un adversaire intéressant, il n'y avait pas l'air d'y avoir un quelquonque shinobi à part nous deux dans les environs, si nous ne l'arrêtions pas maintenant alors très vite une grande partie des villages seraient détruits sur nos territoires avant que quelqu'un ne le stoppe, il fallait éviter que ce poison n'évite de se répandre dans l'organisme qu'est notre belle nation!

    Pas le temps d'expliquer à Thyr mon raisonnement ou les détails de notre départ à toute allure vers l'explosion mais comme d'habitude il ne posa pas de question, les explications venaient avec l'action.

    Arriver sur le lieu du combat, les habitants avaient évacués les lieux et un seul homme était à l'origine de ce massacre, au milieu des flammes celui-ci se déplacer lentement.
    "Pff qu'a-t'il à se la péter d'avoir détruit un village d'innocents? Il me dégoûte déjà ." dis-je par répugnance envers l'homme.
    "Ca te donnera la motivation de lui régler son compte au moins." répondis Thyr l'air sérieux.
    "Et avec les intérêts, il va regretter de s'être attaquez à nous!" m'exclama-je en me dirigeant vers la position de l'homme brusquement.

    Thyr avait aussi l'air motivé, il me rattrapa et me dépassa même, il n'avait pas l'habitude de se déplacer aussi vite, il devait sûrement bouillonné de rage envers l'individu mais ce n'était pas pour ça que j'allait lui laisser le plaisir d'être le seul à fracasser cet homme!

    Thyr avait déjà commencé à engager le combat d'un crochet du droit qui n'atteignit pas sa cible qui avait sauté haut en l'air, c'est alors que couvrant le soleil de sa carrure, je l'aperçut.

    C'était un homme impressionnant qui portaient des vêtements peu amples faisant ressortir davantage sa carrure d'athlètes, il ne semblait pas appartenir à un quelquonque village de shinobis ne portant pas de bandeaux de distinction du fait du contraste avec les rayons du soleil, on ne distinguait que peu son visage qui paraissait faire apparaître un large mâchoire.

    L'intrus alors que le vent se levait en aspiration autour de lui, incanta :
    "Katon-Gokakyu no jutsu!" (Katon-Technique de la boule de feu supprême)
    C'est alors qu'il cracha un gigantesque orbe de feu vers là où se tenait mon ami, c'était le moment pour moi de frapper!

    Je pris mon élan puis fit un bond jusqu'à l'utilisateur du katon, profitant de l'effet de surprise et de l'avantage qui s'offrait à moi pour porter mon coup :
    "Futon-Kaze no Yaiba!"(Futon-Epée du vent)
    Concentrant mon énergie et mon chakra dans ma main droite, j'assena un coup tranchant à l'épaule de notre adversaire pour ensuite lui donner un puissant poing dans les pectoraux à l'aide de ma main libre pour le renvoyer vers le sol où l'attendait Thyr, dont les vêtements paraissaient un tantinet cramé, qui surgit de nulle part pour planter son kunai du dessus en le tenant avec les deux mains là où je venais de le frapper pour le propulser.
    L'homme s'écrasa par terre, le souffle coupé et transpercé par la lame de mon compagnon. Genoux à terre, Thyr se releva alors que j'atterrissais sur le sol, alors que la fumée s'étouffait, on aperçut l'homme mort sous le combo de notre duo, on aurait pu se demander alors comment un homme avec un tel chakra s'était fait vaincre aussi facilement?

    Je pense tout simplement que celui-ci n'eut pas le temps de réagir au vu de la vitesse avec laquelle on avait agit, on était de Kumo après tout si le raikage était réputé dans tous les autres pays c'était bel et bien pour sa vitesse.

    Maintenant que nous étions à la frontière, le passage allait être compliqué en ces temps de guerre malgré cette rapidité dont nous avions l'habilité, des choses plus corsées allaient sûrement s'annonçaient par la suite.
     
    #11 Valoazer, 3 Juillet 2016
    Dernière édition: 14 Août 2016
    • J'aime J'aime x 2
    • approuver approuver x 1
  13. Wagone

    Wagone I'm a pink princess bitc* !
    Membre du personnel

    Inscrit:
    10 Juin 2012
    Messages:
    2 728
    J'aime reçus:
    662
    Pnzs:
    $20 255
    Plusieurs jours s'étaient passés depuis mon agression sur les terres d'Iwa, j'avais largement dépassé la ligne de non-retour et j'approchais des limites du pays de Taki. Étrangement, malgré le fait que je me déplaçais dans des endroits peu fréquentés, je ne croisai personne, aucune menace, rien, comme si quelque chose ou quelqu'un couvrait mes arrières.

    Arrivé à la frontière qui délimitait Taki de Konoha, je fis une pause dans les bois, afin de me restaurer des derniers vivre qu'il me restait. Une maigre tranche de viande séchée accompagné d'une triste solitude, le chemin commençait à être bien trop long pour une personne peu habituée a voyagé.
    Je prenais le temps de savourer chaque instant de ce repas, avant de repartir en pleine nuit, afin de ne pas attirer l'attention.

    Je reprenais donc la route la nuit tombée, fatiguée et en manque de motivation. Les bruits de la forêt m'avaient l'air bien plus fort et j'avais l'impression d'être un éléphant dans un magasin de porcelaine. Mes pas étaient de plus en plus feutré, jusqu’à ce qu'un cliquetis se fît entendre sous mes pieds.. Je n'avais pas eu le temps de me retourner qu'une explosion me projeta contre un vieux tronc moussu. J'étais sonné, mais je n'avais rien, étrangement. Au sol, il ne restait que les débris d'un Kunaï en mille morceaux. C'était un piège, et j'étais tombée dedans tel une novice. Les bruits allaient attirer des troupes de Ninja en masse, je devais quitter cet endroit au plus vite !

    Je sentis la présence de quelque chose approcher à grande vitesse. 3 Kunaï semblaient se diriger vers moi. J'esquivais 2 d'entre eux instinctivement, mais le troisième était trop rapide. C'est à cet instant qu'un homme bondit hors des arbres, arrêtant le Kunaï de ça main droite, laissant couler quelque goutte de sang sur le sol, mais cet inconnu n'avait pas eu l'air de sourciller d'un pouce; il était de marbre face à la situation.
    L'homme dégageait une aura de terreur, mais ne semblait pas vouloir m'attaquer. Il me faisait dos, fixant de ses yeux cachés par le masque d'un Anbu d'Iwa, l'obscurité de la nuit se propageant au fond des bois. Je comprenais vite que nous étions cernés, et que le combat n'allait pas être qu'une simple tasse de thé.

    Une sensation étrange me parcourut le corps, une sensation qui ne m'était pas inconnue. Je l'avais déjà ressenti il y a bien longtemps, bien trop longtemps pour que je puisse m'en souvenir. C'était une sensation bien étrange, un mélange de peur et de courage, l'envie de soulever des montagnes malgré une mort imminente, mais ça ne me déplaisais pas. Au contraire, j'avais une impression d'euphorie tout au fond de moi, comme si je ne contrôlais plus mon corps, comme si je n'étais plus moi-même.

    5 Homme armés de Kunaï et de lame surgissaient des arbres. Près à nous laminer en moins de temps qu'il ne faut, sans même savoir qui nous étions. 1 homme sur ma position, 4 sur celle de l'anbus. Leurs visages étaient recouverts de cicatrices et multiples défigurations. Je mis ma main dans mon dos, sortant une lame don le reflet rendrait jaloux plus d'un forgeron. C'était une arme légendaire forgée par le souffle d'un dragon dit-on. D'un coup de lame, j'amochais en vole l'un des hommes, suffisamment pour qu'il tombe à terre. Le temps de me retourner les 4 restant était déjà au tapis. Mon acolyte tentait une nouvel fois de disparaitre dans les feuillages.
    "C'était toi n'est-ce pas !" Dis-je d'un ton sec en rajoutant "Qui es-tu ?!".
    L'homme s'arrêta, me faisant encore et toujours dos. "Va-tu répondes" disais-je en attente d'une réponce. Quand l'homme que j'avais abattu se mit à m'attraper la cheville, du peu d'énergie vitale qu'il lui restait.
     
    #12 Wagone, 3 Juillet 2016
    Dernière édition par un modérateur: 3 Juillet 2016
    • J'aime J'aime x 2
    • approuver approuver x 1
  14. Beefr

    Beefr Etudiant

    Inscrit:
    30 Juin 2016
    Messages:
    14
    J'aime reçus:
    10
    De sa petite voix gaie, Bee chantonnait tout en accumulant son chakra Sengnu: " I'm a baby gnou, in a baby wooorld. Life in music, it's fantastic ! ".
    Le ciel était bleu, l'air frais, des abeilles bourdonnaient joyeusement dans une sorte de balai aérien rien que pour le plaisir de ses yeux globuleux ( "Cé pô d'ma faute nondignou").
    Il dépassa ainsi 3 îles en passant au large de leurs côtes sud. Il se retrouva devant une grande île cernée de montagnes, comme un ancien cratère.

    Bee s'assit sur l'eau. Il ne comprenait toujours pas pourquoi des gens l'avaient appâté ainsi pour ensuite l'encercler et s'attaquer à lui. Qu'avait-il fait ? Quelles étaient les raisons de ces individus ? Comme il n'avait rien d'autre à foutre à vrai dire, il se dit qu'il allait continuer son chemin et essayer de trouver les réponses dans cette île. Il allait devoir être prudent, il risquait de se faire attaquer par à peu près tout le monde. D'un autre côté il ne pouvait pas trop jouer la dissimulation, sinon il se ferait vraiment attaquer par tout le monde. Mieux valait faire semblant de jouer à celui qui a le droit d'être là. Il décida donc de jouer au paysan. Il ne dégageait au surplus aucun chakra et personne ne pourrait donc le soupçonner de quoi que ce soit.

    Il remonta donc les parois abruptes du bord de mer et s'engagea sur le premier chemin qu'il vit tout en chantonnant: "Voiiis sur ton chemiiin. Paysan oublié, égaré, donne-lui la main pour le mener vers d'autres lendemains.".
     
    • Drole Drole x 1
  15. Shiinkis

    Shiinkis Moderator

    Inscrit:
    14 Août 2013
    Messages:
    245
    J'aime reçus:
    100
    Pnzs:
    $629
    15 juillet de l'an 4

    11h23

    Cinq jours... Cinq jours qu'Arturo découvrait les beaux paysages de Taki bercé par le chants des splendides oiseaux de la région. Leurs passages dans les cieux illuminaient la cimes des arbres tel un arc en ciel. Ils y en avait des rouges et d'or, des bleus et verts. On pouvais comprendre pourquoi les gens aimaient ce pays. Emporter par le chant du vent et par le clapotis de l'eau coulant des différentes sources du pays, on aurai eu envie de s'y balader à d'autres occasions. De temps en temps, on entendait le bruit caractéristiques d'un quelconque animal, un cerf ou peut être un sanglier. Quelquefois, au travers des feuillages épais des ifs et des pins, on apercevais une petit éclaircis provenant d'une clairière coloré de milles feux par tout types de fleurs rendant le lieu mystiques et remplie de joie. Les deux ninjas bondissait de branches en branches sans jamais se retourné. Le bruissement des feuilles sous leurs poids tel la mélodie d'une flûte traversière ne les rendaient détectables que si l'on se concentrait. Le voyage jusqu'à la frontière de Konoha se fit sans encombre. Parfois, on entendais le bruit de la civilisation au loin lorsqu'un village se trouvait non loin. Suivant la magnifique chevelure rouge de loin, il savait maintenant qu'il risquait encore à devoir la protéger. Le mal était partout en temps de guerre, une période très sombre. Après tout, sa mission était de la protéger.

    18h15

    Plus on s'approchais de la frontière, plus le ton de la forêt était coloré, joyeux et fruité. La jeune femme prit appui sur un arbre. Une pause lui était bien mérité, et il vis qu'elle profita de ces dernières vivres. Assis en tailleur sur une branche à une dizaine de mètres d'elle, il vida la dernière gouttes de son saké en la fixant d'un air mauvais, terni par son lourd passé. Elle ne pouvais bien sur pas le repérer, utilisant tous les moyens de filatures qu'il connaissait. Pourtant, malgré le petit coup dans le nez, il ne pouvais s'arrêter de la regarder. Elle avais quelque chose de spécial. Ses yeux jaunes reflétait le monde et son visage fin collait parfaitement avec sa chevelure auburn. Ses formes était de surcroît très agréable à regarder. Peut être était-ce la vision d'un soûlard mais il avait l'impression que... L'alcool lui avait monté trop rapidement au nez car il s'endormit très rapidement, sans se soucier de ce qu'il aurait pu arrivé dans les ténèbres de la nuit.

    16 juillet de l'an 4

    3h00

    Arturo se réveilla en sursaut, se rendant compte qu'elle souhaiter voyager de nuit. pas bête ! Il commençait à apprécier la façon de penser de cette femme. Elle avait quand même l'air fatigué et sans la moindre motivation, sans doute manque d'habitude mais un ninja se devait d'être fort et près à tout pour survivre. Il se remit donc en route, sans avoir totalement récupérer de l'alcool et de ses pensée de la soirée. Ses pas tous aussi fin et silencieux qu'elle ne les avait. La route risquait d'être encore très long et il n'avais plus son meilleur amis pour continuer. Il faudra un moment ou un autre récupérer des vivres dans un quelconque village sinon il risquait de dépérir avant d'arriver à destination.

    BOOOOOOUMMMM, il sursauta presque au bruit de l'explosion et vit la demoiselle s'effondrer sur un arbres tel une poupée désarticulé. Pourtant, elle se remit très rapidement d'aplomb montant encore une fois dans l'estime de l'anbu. Il se concentra rapidement et regarda la zone de l'explosion, un foutu kunai explosif simplement en regardant les débris et les impacts de l'explosion. Les branches détruites tournoyait en débris dans le ciel dans un tourbillon mystique. Arturo mis ses sens pour comprendre et gérer la situation le plus rapidement possible, tandis que la jeune femme se remettais d'appoint. Un piège, c'était la seul explication logique, sans aucun doute réalisé par des ninjas de Konoha. Un sifflement mortel dans le vent le fit se retourner rapidement. Trois kunais en acier se dirigeait vers elle rapidement indiquant en passant leur provenance. Réagissant instinctivement, Arturo bondit dans sa direction, soit pour prendre les coups à sa place soit pour tenter de minimiser les dégâts, éclatant au passage la branche d'arbre qui le maintenait en hauteur. Elle en esquiva tout de même deux ce qui étonna l'anbu, le troisième se rapprochait tout de même son visage. Tournoyant dans les airs, Arturo le stoppa net à plusieurs centimètres du visage de celle-ci, utilisant sa main droite, ce qui lui sectionna jusqu'à l'os deux de ses doigts. Cela lui était égale, il avait vécu bien pire...

    Fixant la provenance des Kunai d'un air dur, dos à la jeune femme, il ne prêta même pas attention à ce qu'elle pensais ni comment elle réagissait. De la haine était monté en lui, une grande haine. L'obscurité et l'heure du combat n'arrangea pas la choses. Il ne décelait aucunes ombres dans la noirceur total. C'était angoissant mais pas assez pour l'homme expérimenté qu'il était. Les secondes passèrent lentement, très lentement comme si le temps s'était figé autour des deux ninjas. Aucun ne bougeait tel des anges pleureurs. La tension était palpable, presque morbide... C'est alors que cinq homme décidèrent enfin de bouger de derrières les arbres, tous portaient la tenue militaire de Konoha, armés de kunai et de lames aiguisés. C'était sans aucun doute des guerriers car il portait de multiples blessures et scarifications. Tous possédaient leur bandeau de Konoha au front. Un des hommes se positionnait de façon à attaquer la demoiselle pendant que les quatre autres semblaient être attiré par l'anbu. Se tournant vers l'homme qui désirait l'attaquer, dos à dos à Arturo, elle dégaine une armes très étrange dont le reflet brillait malgré la nuit pesantes les entourant. L'anbu ne prit même pas le temps de s'intéresser à ce qui allait se passait pour elle. "Elle doit pouvoir se débrouiller seul face à ce pecnots "
    Il porta sa main gauche à son bas ventre pendant que dans en mouvement circulaire pointa de sa main droite les quatre derniers hommes. Quatre aiguilles de bois transperça la nuit dans un bourdonnement malsain. Plantant les hommes au milieu du front, ceux-ci tombèrent dans un bruit sourd sur la litière de mousse alors qu'Arturo commençait à se diriger vers la lisière de la forêt en espérant que la jeune femme l’oublierait même s'il était loin d'être con...

    "C'était toi n'est-ce-pas ? Qui es tu ?" Le ton que venait d'employer la jeune femme était drôlement dur face à son physique. Sur le coups, l'anbu s'arrêta ne sachant quoi faire. Devais t'il mentir sur son identité ? Devais t'il l'assomer pour reprendre sa filature ? Devais t'il tout simplement tout lui révéler et prendre part à sa mission à ses cotés ? "Vas-tu répondes ?!" Alors qu'il allait répondre, elle sursauta. L'homme qu'elle avait combattu venait à l'instant de lui prendre la cheville mais la encore Arturo était rapide très rapide, dans un même mouvement suivi de l'apparition d'une légère fumée, un cinquième Senbon se planta dans la bouche de l'homme, transperçant son visage transfiguré par la peur de part et autres.

    "Bon je pense que je n'ai plus le choix maintenant, je vais devoir tout raconter. Je suis envoyé par le tsuchikage pour vous protéger lors de votre mission qu'il vous a confier. Depuis votre départ d'Iwa, je vous suivais en essayant de me faire discret comme on me l'a toujours enseigné. Je n'ai pas envie de révéler mon identité car c'est aussi ce que l'on m'a enseigné. Maintenant c'est à vous de voir ce que je dois faire, je peux rester dans votre ombre pour continuer à vous protéger ou alors je peux rester visible et vous suivre tel un chien ? Mais sachez tout de fois que je continuerai ma mission quelque soit votre choix !"
    -Je m'en sortais très bien sans vous, partez et laissez moi seule.
    -Je m'en doutais que vous alliez dire ça donc je considère cela comme une réponse à ma question."


    Elle partit donc sans demander son reste en direction de la frontière de Konoha. Sa prochaine destination était probablement un port dans le pays du feu pour rejoindre la mer séparant Konoha et Kiri. Le voyage allait être sans encombre si on esquivait les routes commerciales et les forêt entourant le village de Konoha. Le champ de bataille entre Suna et Konoha était aussi une zone à éviter, les soldats ne se reposait jamais...
     
    #14 Shiinkis, 4 Juillet 2016
    Dernière édition: 4 Juillet 2016
    • J'aime J'aime x 3
  16. Beefr

    Beefr Etudiant

    Inscrit:
    30 Juin 2016
    Messages:
    14
    J'aime reçus:
    10
    Bee vit une femme venir sur le même chemin que lui, dans le sens inverse. Lorsqu'il fut à même de distinguer son visage, celle-ci se mit à lui sourire.
    Il vint à elle, et lui mit une baffe. Une bonne grosse claque. Une grosse trace rouge en forme de main émergea sur sa joue. Pas un clone.
    Il bredouilla quelques excuses tout en souriant timidement, et, on ne sait comment, parvint à convaincre la jeune femme de le guider plus avant dans l'ile...
     
    • J'aime J'aime x 2
  17. Wagone

    Wagone I'm a pink princess bitc* !
    Membre du personnel

    Inscrit:
    10 Juin 2012
    Messages:
    2 728
    J'aime reçus:
    662
    Pnzs:
    $20 255
    -Bon je pense que je n'ai plus le choix maintenant, je vais devoir tout raconter. Je suis envoyé par le tsuchikage pour vous protéger lors de votre mission qu'il vous a confier. Depuis votre départ d'Iwa, je vous suivais en essayant de me faire discret comme on me l'a toujours enseigné. Je n'ai pas envie de révéler mon identité car c'est aussi ce que l'on m'a enseigné. Maintenant c'est à vous de voir ce que je dois faire, je peux rester dans votre ombre pour continuer à vous protéger ou alors je peux rester visible et vous suivre tel un chien ? Mais sachez tout de fois que je continuerai ma mission quelque soit votre choix ! Me répondit l'homme, remplit de sincérité, après avoir massacré l'homme à terre sans lui demander son reste.

    -Je m'en sortais très bien sans vous, partez et laissez moi seule. Lui avais-je répondu, avant de reprendre mon chemin dans les bois.

    -Je m'en doutais que vous alliez dire ça donc je considère cela comme une réponse à ma question.


    Je ne m'étais surement pas débarrassé de cet homme, il me suivrai jusqu'au bout, un Anbu ne détourne jamais sa mission. Mais je préférais le savoir loin de moi, je n'étais pas habitué à la compagnie des gens, et encore moins à celle de psychopathe tueur d'enfants si on leur en donnait l'ordre..
    Le manque de nourriture était conséquent et la faim commençait à me tirailler l'estomac, il était grand temps de chasser ! Je sortis ma lame de son fourreau de noir, orné de gravures d'or et pris appui sur une branche solide sans bouger, immobile des heures durant. Quand soudain le moment temps attendu arriva ! Un énorme cerf blanc fit son apparition. Ce superbe animal était tout droit sorti d'un conte de fées, comme si ça disparition engendrerai la fin du monde. Peine perdue pour cause gagnée, je bondis tête en avant sur ma proie, lui plantant ma lame dans la jugulaire tuant ce pauvre animal sur le coup. Le cerf prit la fuite d'un élan élégant, tendit que je pris ce pauvre lapin par les oreilles, lui retirant la peau tel un simple habit le recouvrant.

    Le feu et l'odeur de la viande séchant dans le fumé allaient sans nul doute attirer l'attention. Mais il me fallait de quoi continuer pour plusieurs jours. Je refusai d'aller me laver dans la rivière, sachant que j'étais suivi par un fantôme. Je mis d'ailleurs quelques bouts de viandes sur une branche éloignée de mon camp. Un petit cadeau pour l'aide qu'il m'avait apporté, malgré le fait que je désapprouvais ça préséance.
    Je mangeais un ou deux petits morceaux de viande, avant d'emballer le reste et de remplir ma gourde pour faire route vers ma prochaine destination: Le port Est de Konoha ! Il n'y avait pas d'autre route que le chemin de la mer pour rejoindre le continent du pays de l'eau. Je me questionnais sur la façon dont mon acolyte allait me suivre sans se faire voir à bort d'un bateau.. Peu importe, il me fallait avancer, toujours tout droit !

    Après plusieurs nouveaux jours de marches, j'arrivais enfin au centre du pays de Konoha, là où là guerre n'avais pas fait de ravage, là ou je pourrai me restaurer convenablement, et par-dessus tout prendre une douche !
    Ma présence n'était surement pas désiré, je pris donc la décision de changer d'apparence. Vêtue d'une longue cape noire afin de masquer mon habit actuel, je fis le tour des magasins de vêtements et accessoires en tous genre, utilisant le peu Ryo détroussé sur mes défunts attaquant. Ma nouvelle garde robe était constitué d'une petite cape grise tigré de noir en peau de loup de la région, de botte noir, et d'un semblant de tenue ninja tout aussi terne que ma cape. Après tout Kiri n'est pas réputé pour son soleil en plein mois d'août !

    Je m’installais dans une auberge aux abords de ce petit village. Le reste de mon argent me permettait de rester 3 jours, suffisamment pour reprendre les forces dont j'ai besoin affin de continuer mon voyage..
     
    • J'aime J'aime x 3
  18. Shiinkis

    Shiinkis Moderator

    Inscrit:
    14 Août 2013
    Messages:
    245
    J'aime reçus:
    100
    Pnzs:
    $629
    18 juillet de l'an 4

    12h00


    Le pays du feu... La région qu'Arturo détestait le plus. Un climat très chaud où le soleil brûle le moindre pores de la peau, des forêts encore et encore, très peu de sources d'eau. Des ninjas trop égocentrique et égoïste qui ne possédaient aucun talent. Non, Arturo Tenkyo n'aimait pas du tous cette région et ses habitants. Il n'était aller qu'une fois à Konoha avant que la grande guerre qui ravageait le monde ne commence. C'était une mission d'assassinat où il avait bien failli y passer, encore le coups d'une femme...

    15 mai de l'an 2

    22h00

    La journée avait été rude pour l'équipe des renseignements des anbu iwatiens. Dissimulé dans la foule de voyageurs et d'habitants de Konoha, visitant différentes échoppes et bars du village, ils récupéraient des informations sur Tanazuki, un noble de konoha pourri jusqu'à la moelle. On racontait qu'il trafiquait des cadavres de pauvres citoyens des bas quartiers pour récupérer leurs organes. Ces organes servait sans doute dans un trafic pour élaborer des remèdes contre les grandes épidémies du siècles. Il s'étaient donc fait un nom dans le milieu et le village de Konoha s'en était porté garant et le protégeaient, sans doute car il officiaient quand même dans le but des citoyens. Certains racontaient que grâce à lui, les médecins de plusieurs villages avaient pu soigner plusieurs cas mortelles. Mais qui peut dire si le moyen pour obtenir ses remèdes est légale ou non ? Qui est la pour juger un enfoiré de première ? De toute façon , un contrat était un contrat... Un Ninja de Konoha, quelque soit son grade (de toute façon moins les gens en savent mieux ils se portent) avait débarqué à Iwa expliquant la situation et ajoutant cet homme dans le bingo book des services de renseignements. Ceux-ci avait donc formé une escouade contenant quatre anbu qui devaient dans un premier temps vérifier la véracité des dires à propos de ce Tanazuki et dans un second temps, si les ragots était vrai, lui montrer que la planète n'avais pas la place pour les pourris dans son genre, même si c'était de loin le dernier. Arturo s'était donc retrouvé engagé dans cette mission car pour lui c'était une période creuse où il passait son temps à connaitre la totalité des alcools en vente dans la plupart des bars d'Iwa. Il faisait équipe avec deux hommes, Itsuchi Kanada et Shen Zuri, tous les deux plus âgés que lui et expérimenté dans la récolte d'information en tous genre et une jeune femme, Masako Kurotsuchi, plus jeune que lui qui débutait à devenir une excellente anbu. L'équipe étaient partis dans les plus bref délai pour Konoha. La grande guerre n'ayant pas encore débuté, leur voyage se fit sans grande encombre.

    Arturo était assis dans un bar, sirotant un cocktail mélangeant agrumes Konohatiennes et Saké, jouant avec une aiguille qu'il faisait glissé entre ses doigts. Ses mitaines le démangeait mais il ne souhaitait jamais les enlever, sa tenue était très importantes pour lui. Ayant troqué son masques pour son fameux bandeaux, les gens ne remarquait rarement les imperfections que pouvait posséder son visage fin au nez droit et à la mâchoire serré. Ses yeux bleus tendant vers le gris clair, ne montrait aucune émotion comme le reste de son visage. Sa tignasse foncé cachait ses oreilles et lui tombait près du cou. Sa tenue de ninja avait aussi été troqué pour une tenue de voyage plus ample, cachant la totalité de son corps. Posé au pieds de sa chaise en bois, un petit sac montrait à quel point notre homme voyageait sans grandes affaires. Posant son verres sur sa table, il attendait qu'une certaine femme pointe le bout de son nez. Ayant récolté la moitié de la journée des informations sur sa cible, il avais pris connaissances qu'une certaine femme, Maya Uchiwa, faisait partis de la garde rapproché du trafiquant d'organes. Il avait appris aussi que tous les soirs, elle venait dans ce bar miteux pour y passer la nuit, sans doute que ses capacités d'uchiwa lui permettait de savoir qui pouvait porter atteinte à son maitre. Plusieurs minutes passèrent pendant lesquelles Arturo regarda le fond de son verre en se demandant s'il devait se resservir ou non. C'est alors avec surprise qu'une femme pulpeuse pris cet instant pour entrer dans le bar. Sans doute âgées de la trentaine, elle était de taille moyenne, avec des formes que n'importe quelle femme pourrait envier. Son visage était naturellement beau comme sculpté dans du marbres par un magnifique artiste. Ses yeux noir indiquait une certaine malice caché par une frange noir de jais. Sa chevelure était une des plus longue qu'Arturo avait pus voir à ce jour. Sa tenue n'avait rien de provoquant à l'opposé de sa stature, une simple tenue de ninja portant les couleurs de Konoha, son bandeau à la taille. Elle prit la direction du bar où le serveur était appliqué à nettoyer un verres sali par le temps, d'une démarche gracieuse. Elle commande un petit verre de saké en prenant le temps de s'installer tranquillement sur un des coussins du bar. L'homme d'iwa réfléchis plusieurs minutes à ce qu'il allait devoir faire en faisant encore tournoyer son senbon entre ses doigts.

    La femme regardait dans sa direction lorsqu'il se dirigeait vers elle, son allure indiquait la présence de quelques verres dans son organisme. Il s'assit près d'elle et commanda deux verres de saké.
    "Bonjour mademoiselle, je vous voyais seul assis au bar et je me suis dit que vous aimeriez de la compagnie pour boire un verre ?, le ton qu'Arturo venait d'employer était net et précis.
    -Il est vrai que je me sens un peu seule en ce moment, un peu de compagnie ne sera pas de refus, sa voix était tous aussi gracieuse que sa démarche, presque envoûtante.
    -Alors je vais vous tenir compagnie, J'espère que ça ne vous dérange pas ?"
    La soirée continuait alors que les deux ninjas parlait et rigolait tous en enchaînant les verres d'alcool, sous le regard étonné du serveur. Plus tard dans la soirée, ils décidèrent de monter dans la chambre de la jeune femme.

    0h00

    La chambre de Maya était une très classique, sans le moindre de détail sur son utilisatrice. Très peu d'affaires était présente dans la salle, mais cela ne choqua pas l'anbu qui savais qu'elle était en mission pour le compte de Konoha. Il la regarda pendant qu'elle faisait le lit, un futon japonais dont les draps était de couleur rouge avec des motifs de rose dorée. S’asseyant à ses cotés lorsqu'elle avait fini, il prit sa main dans la sienne, sa peau était douce tel une fleur. Elle souriait et ce sourire était loin d'être naturel comme si quelque chose allait se passer... Mordant ses lèvres, elle se rapprocha doucement de sa tête et lui dépose un baiser, commençant à le déboutonner, laissant apparaître d'étrange tatouage sur son torse. Arturo sentit le goûts de ses lèvres ainsi qu'une odeur de plante. Trop tard... Sa tête commença à sombrer dans la folie. La salope ! Il aurait du y penser plus tôt, une foutu uchiwa. Elle avait du activer ses maudites pupilles à un moment donnée et réalisé qui il était.. Elle avait ensuite déposer un poison sur ses lèvres. Un foutu piège ! Il réalisa que c'était trop tard, qu'il allait sans doute sombrer dans le sommeil et ne plus se rappeler sa précédente journée, ou pire encore... Il eut tout de même le réflexe d'appuyer sur son bas ventre avec sa main gauche pendant que l'autre réalisait un mouvement circulaire en direction de l'uchiwa. Une fumée sortit de ses doigts et un Senbon traversa la pièce pour se plante dans le mur opposé à une cinquantaine de centimètres de la tempe de son adversaire. Le poison l'avait quasiment rendu amorphe et le fit sombrer dans le plus profond des sommeil. Comme le bon dieu l'avait prédis, à son réveil, il ne souvient de rien. Il était dans une chambre d’hôtel vide avec une facture de plusieurs milliers de ryos.

    18 juillet de l'an 4

    12h00

    Arturo était perché sur un Ifs. Il n'avait bien entendu pas abandonner sa mission et avais repris la protection et la filature de la jeune ninja d'Iwa à travers le continent. Il prit le temps d'étudier son comportement, assimilant le moindre de ses gestes et habitudes. Cette jeune femme lui plaisait, mais il ne savait pas pourquoi et cela le perturbait. Du haut de son arbre, il la regarde chasser à l'aide de sa lame et pus admirer ses différents réflexes. Perdus dans ses pensées, il ne réalisa même pas qu'elle alluma un modeste feu de camp pour cuir le fruit de sa récolte, une odeur de cramée oscillant vers les naseaux de l'anbu. La légère fumé montant dans le ciel, tournoyant lentement avec beauté, elle rangea rapidement ses affaires et repartit en direction de l'Est. Il remarqua qu'elle lui avait laissé deux morceaux de viandes, ce qui accentua les gargouillis de son ventre. Récupérant rapidement au passage son bien, il continua à suivre la chevelure auburn à distance, zigzaguant entre les arbres, la lourde chaleur du soleil tapant entre ses omoplates. Ils ne leur restait que quelques jours de vives marches avant d'arriver à destination, le port de Konoha Est et ses magnifiques bateaux en acajous.

    21 juillet de l'an 4

    10h35


    Ils arrivèrent à une bourgade situé au centre du pays du feu. La plupart des maisons était centré autour d'une place marchande où plusieurs magasins itinérant avais pris place. Faites de bois, elle montrait la pauvreté du village, sans doute un lieu-dit. Un grande bâtiment surplombait les autres de plusieurs étages, probablement une auberge délabré où l'on servait dans des verres salles les liquides les moins propices au bien êtres des soûlard ou autres rébus de la société. Continuant de suivre la jeune femme qu'il devait protéger, qui avais troquer ses vêtements pour quelque chose de moins criard, Arturo avait retiré son masque et mis des lentilles qui empêchait de se faire repérer par sa cible et par les quelconques ninjas qu'il croiserait dans ce village ou dans le port. Il la suivait dans les différents lieux qu'elle visitait, que ça soit les maigre boutiques ou l'auberge miteuse où il pensa qu'elle voudrais se débarbouiller et récupérer ses forces. Il était évidant qu'il se rapprochais du port et la il allait devoir réfléchir à un moyen de prendre le même bateau qu'elle, sans se faire repérer. Le fait qu'elle ne connaissait pas son visage l’arrangeait car il pourrait se faire passer pour un matelots en volant une tenue au port. C'était le plan le plus facile à réaliser ainsi que le moins coûteux. Arturo profita aussi de ces trois jours pour récupérer de l'alcool pour le voyage ainsi que quelques vivres. Le fait de ne transporter aucunes armes était un bénéfice et il était fier de cela, sa plus grande fierté, d'ailleurs. Ainsi que le secret qu'il cachait sous l'une de ses mitaines... Ces trois jours se passèrent sans bavures, deux bagarres explosa dans l'auberge où il logeait mais il n'eut pas à intervenir, il ne voulait toujours pas se faire repérer par la jeune femme. Il réalisa d'ailleurs qu'il ne connaissait pas son nom, et c'était une information qu'il voudras récupérer un jour ou l'autre...

    28 juillet de l'an 4

    8h50

    La jeune femme n'était pas rester longtemps dans ce petit hameaux, désirant partis à l'aube vers l'Est. Ils leur fallut trois jours suivant pour enfin arriver à destination, traversant moult forêt plus ou moins dense peuplé de faunes de flores à la fois étrange et merveilleuse. Guidé par les chemins boueux qui indiquait la direction à prendre, il arrivèrent enfin au ports. C'était une ville entièrement bâtie de pailles et de papier souvent de maisons de tailles moyennes hébergeant un pécheur ou un marin et sa famille. Quelques bâtiments de pierres bâties indiquaient une certaine prestance vis à vis du reste de la ville. Un énorme phare était installé au abords de la mer au milieu des gros rocher légèrement à l’ouest du village. Un chantier naval était en ébullition à cet heure de la matinée remplie d'ouvrier qui fabriquaient de belles embarcations. Sans doute un navire pour un grand marchant. Une foule de personnes marchaient dans les rue en direction de ce qui pouvait être un marché. Les enfants riaient aux éclats en jouant avec de pauvres caillou, l'équivalent d'un fameux sport. Leur mères occupée à discuté entre elle, racontait sans doute les dernier ragots autour de la maîtresse de leur mari partis en guerre ou de l'éducation de leur enfant. De grands navires de guerre était à l'horizon loin du port, on reconnaissaient leur bannières de très loin. Établis prêt du port, quelques chaloupes et navires de marchand avait planté leur ancre dans le sables blanc de la plage. Leur propriétaire occupé à dénouer leurs filets de pèche ou à marchander avec un responsable du port, était généralement des hommes qui n'avait jamais appris l'art des ninjas. La jeune femme allait sans doute payer un quelconque marchand pour traverser la mer, tumultueuse en ce moment à cause des sombres orages, en direction de Kiri. En effet, elle ne prit même pas le temps de se renseigner qu'elle se dirigea vers le plus gros navires et commença à discuter avec son propriétaire, un homme gras possédant un visage porcins et une grosse moustache drue. Voyant que l'homme accepta son offre avec un vieil air ravi (elle avais du mal marchander...), Arturo commença à repérer les alentours du bateau et ses différents marins. Il allait devoir récupérer de nuit la tenue de l'un d'eux et transférer ses propres affaires dans un baluchon. On lui avais très longtemps appris à se fonder dans la foule et les différents métiers, cela n'allait pas lui poser de problème. Le voyage allait être long mais devrais se passer sans problèmes...
     
    #17 Shiinkis, 6 Juillet 2016
    Dernière édition: 6 Juillet 2016
    • J'aime J'aime x 1
    • gagnant gagnant x 1
  19. Teyla

    Teyla Graphiste

    Inscrit:
    20 Décembre 2010
    Messages:
    1 002
    J'aime reçus:
    165
    Pnzs:
    $8 267
    Tout près d'un camp de bandit, perchée sur des arbres abritant les limites du territoire de Kiri, Teyla remarqua la présence d'un étranger. Il s'en dégageait une énergie étrange, différent du chakra habituelle d'un ninja. La kunoichi le traqua un bon moment, désirant soutirer quelques informations sur cet homme particulier.

    Les brigands tentèrent de sa prendre au mystérieux personnage en jouant la carte d'une agression sur la jeune femme. L'inconnu tomba facilement dans le panneau, mais réussi à se défendre. L'Oinin fût surprise par sa façon de se battre. Des cornes lui avaient poussé sur la tête, ses muscles s'étaient épaissis à vu d’œil et sa peau devint comme un exosquelette. Il s'était littéralement transformé. Elle le suivi de loin le long de 3 îles, avant de le voir se déguiser en paysan. Il arriva à la hauteur d'une jeune femme sur le chemin et lui colla une baffe magistrale avant de s'excuser lamentablement en lui demande son chemin. La kunoichi le trouva complètement stupide, mais compris son manège. Il s'était fait attaqué par un clone et vérifiait qu'elle n'en était pas un. Teyla avait davantage l'impression de traqué un animal. Il parlait peu, n'utilisait aucune arme ni technique de combat, il frappait instinctivement et maîtrisait un pouvoir étrange... En y repensant, elle avait entendu parlé de ces êtres étranges qui pouvait utiliser un chakra différent du ninjustu ou du genjustu. Se creusant les méninges, la oinin poursuivit la bête de foire jusqu'à ce que l'information qui lui manquait lui revienne.
     
    • J'aime J'aime x 2
  20. Beefr

    Beefr Etudiant

    Inscrit:
    30 Juin 2016
    Messages:
    14
    J'aime reçus:
    10
    Bee éternua. Il sentit une présence, un chakra d'une puissance plutôt moyenne, dans son dos. Il ne dit rien à la jeune femme qui voyageait avec lui. Il lui demanda de l'attendre le temps qu'il aille se soulager, disparut dans un fourré, se métamorphosa et parti à la recherche de la présence. Il était à peine parti qu'il l'avait déjà trouvée, elle se cachait derrière un des arbres qui encadraient le chemin. Il prit son élan vers l'arbre. Son pied pulvérisa l'arbre faisant voler des milliers d'échardes puis atteignit une jeune femme, plutôt surprise, au niveau du torse. Celle-ci fut projetée à une dizaine de mètres de là, son corps criblé de petits morceaux de bois. Elle ne bougeait plus. Il la laissa là et rejoignit son guide avec un grand sourire, tout en remontant sa braguette. 8D

    (actuellement au sud de l'île principale de kiri, en direction du nord)
     
    • J'aime J'aime x 1
  21. Wagone

    Wagone I'm a pink princess bitc* !
    Membre du personnel

    Inscrit:
    10 Juin 2012
    Messages:
    2 728
    J'aime reçus:
    662
    Pnzs:
    $20 255
    CHAPITRE 3: UN VRAI DÉPART , L'ENQUÊTE COMMENCE !




    Me voilà arrivée au port du pays du feu, sans joie. Je n'avais aucune envie d'aller me mouiller dans le pays de la pluie, ma hantise de l'eau tombante du ciel me suivais depuis ma naissance et ne me lâchera surement pas de si tôt. Je n'avais aucun mal à trouver mon chemin, les rues étaient assez larges. Surplombant la côte, quelques petites échoppes miteuses ainsi que des marins vendant la pêche de la veille se battais pour les passants. Je fis l'achat de quelques poissons séchés pour le voyage avant de partir me trouver un navire digne de ce nom. Il y avait des bateaux de tout genre, des grands, des petits, des gros, des vieux, des neufs, des barques et autre rafiot en abondance. Mon regard se pausa sur le plus gros de tous, le Poséidon !
    Qu'importe son nom, j'avais fait mon choix, plus gros était le bateau, plus facile serai le passage discret, pensant d'autre part à mon suiveur secret.
    Mais avant ça, il me fallait voir le capitaine. Un gars assez fort en taille et au visage déplaisant, voilà ceux qu'il était. Il avait accepté sans condition, je devais certainement lui plaire, mais très peu pour moi, il ne valait pas mieux pour lui.

    Le voyage fut long, long et sans plaisir, un vrai supplice. Nous avions effleuré trois tempêtes et un typhon en l'espace d'une semaine, et plus nous arrivions à destination, moins le temps était à la fête. Le passais les trois derniers jours dans ma cabine, a l'abri de la pluie et des flatteries du capitaine qui n'avait de cesse de répéter en boucle. Une fois arrivé a Kiri, il me fallut un bon moment avant de me motiver pour sortir. Je pris mon courage à deux mains sans oublier ma capuche en peau de bête, il n'était pas question de me mouiller un seul de mes cheveux !

    De la pluie, de la pluie et encore de la pluie ! Que dire d'autre ? et bien.. de la pluie ! A ce stade, je n'étais sans nul doute près de la folie la plus totale. Qu'importe, je repris mon chemin en direction de ce fameux temple caché. Mais comment trouver quelque chose de cacher ? C'est là que commençait ma véritable enquête. Je devais trouver des réponses, en commençant par localiser ce fameux tombeau. En évitant bien sûr, de questionner les ninjas du pays et sans attirer l'attention ! Je ne savais pas par où commencer, j'allais donc me défouler un peu en forêt !

    Marchant sur un petit sentier capuche sur la tête, je me questionnais sur ma propre vie tout en observant ces nouveaux lieux. Tout était nouveau ici, la faune, comme la flore ! et les gens aussi, comme cet homme étrange.. Homme ou animal qui venais de percuter quelqu'un sans la moindre hésitation ! Une agression ? J'accourus aider cette fameuse personne a terre et l'aidai à se relever..
     
    • J'aime J'aime x 1

Partager cette page